Aller au contenu

16 avril 2021 

Changement d’échelle pour notre coopérative : Une ouverture vers l’extérieur

Changement d'échelle pour notre coopérative

Bientôt 5 ans que la coopérative a vu le jour, et depuis lors elle est auto-gérée par les coopérateurs. À l’époque, les mêmes envies étaient déjà présentes : ouvrir l’entreprise à un grand nombre de coopérateurs, qu’ils soient professionnels du secteur digital, clients, partenaires du secteur de l’économie sociale ou citoyens… Tous rassemblés dans une dynamique générale de prise de décisions, d’investissement et de projets communs au sein de notre coopérative.

Cependant, les coopérateurs initiateurs ont dû se concentrer en priorité sur les tâches nécessaires des premières années, au détriment de l’ouverture et développement interne désirés. Un choix évident pour la survie d’une toute jeune entreprise. En mettant leurs compétences en commun, ils ont tous contribué à son développement technique et commercial pour défendre des projets clients qui ont du sens.

Il a donc fallu quelques années pour nous permettre d’attaquer sur tous les fronts en même temps. Et aujourd’hui, certains rêves se réalisent avec un déclencheur bien utile : le projet Scale Up.

Le projet Scale Up, c’est quoi?

Le projet Scale Up est un projet qui répond à l’appel du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale aux « Projets innovants développés par des entreprises sociales et démocratiques », édition 2020.
Malgré les conditions particulières de cette année, nous avons pu ficeler et envoyer notre projet à l’entrée en confinement, fin mars 2020. Et notre détermination l’a emporté.

Cobea a été retenu comme lauréat, et le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale a décidé de nous accorder la subvention demandée. Avec pour objectif de développer notre entreprise suivant 3 axes principaux: le renforcement de notre organisation interne holacratique, le développement du pôle commercial et le démarrage d’une communication externe sur notre mécanisme d’entreprise sociale et démocratique…

L’idée générale du projet, comme son nom l’indique, est bien de grandir, de gravir les échelons et de s’ouvrir à d’autres horizons, à travers ces 3 axes cités. Un challenge pour Cobea, porté par la multitude d’idées foisonnantes de l’équipe.

Les 3 axes principaux du projet et leur avancement

1. Réorganiser notre fonctionnement interne

L’objectif prévu dans le projet Scale Up

La gouvernance d’une entreprise est souvent un parcours du combattant, mais quand elle est partagée entre tous ces membres à l’horizontale, c’est d’autant plus indispensable de se munir de plans, d’outils et de balises bien ancrées. Ils nous rappellent à l’ordre, nous obligent à vérifier si on est toujours dans la bonne direction et nous empêchent de tourner en rond. Mais surtout, ces outils nous amènent à intégrer et respecter l’écologie intérieure de chacun dans un fonctionnement commun.

Où en sommes-nous aujourd’hui ?

Nous comptons aujourd’hui une dizaine de motivés qui mettent en commun leurs compétences pour servir au mieux nos utilisateurs: Nous sommes développeurs, designers, graphistes, gestionnaires de projets, chargés de com, … Mais nous travaillons aussi tous en interne pour faire avancer la coopérative.

Depuis septembre, nous avons renforcé cette organisation interne. Nous nous sommes attelés à revoir chaque processus de service, co-création, décision, collaboration, investissement et accueil de nouveaux coopérateurs, pour avancer pas à pas vers une nouvelle dimension pour la coopérative.

2. Développer notre axe « commercial »

L’objectif prévu dans le projet Scale Up

Parce qu’à la base, nous créons des sites internet, avec les services qui gravitent autour. Nous sommes des passionnés de design et de code. Mais il est vital pour nous de mettre nos compétences au service de projets qui ont du sens, de partager avec nos clients des valeurs éthiques. De « s’immiscer » dans leurs projets et les défendre comme s’ils étaient les nôtres… .

Pour évoluer et imprimer le changement chez Cobea, il nous faut donc aussi :

  • Déployer notre portefeuille de missions, et en parallèle intégrer de nouveaux collaborateurs pour répondre à ces missions spécifiques.
  • Perpétuer par là notre développement avec d’autres têtes en plus, pour co-créer le Cobea de demain…
  • Faire évoluer nos services avec différents types d’accompagnements qui répondent aux besoins de nos clients.
  • Lancer d’autres projets en parallèle de nos services d’agence et de formation.

Où en sommes-nous aujourd’hui ?

Ce deuxième axe a été ralenti par la situation de confinement que nous vivons depuis un an. Les nouveaux services et formations que nous voulions proposer ont été mis de côté en attendant des jours meilleurs en ce qui concerne la distanciation sociale.

Par contre, nous avons pu renforcer l’équipe avec de nouvelles ressources pour mettre en place ces services le moment venu, et nous répondons toujours à des missions clients de plus en plus nombreuses et ambitieuses.

3. Développer notre axe « communication »

L’objectif prévu dans le projet Scale Up

Placer une vraie communication externe digne de ce nom.

Étant des professionnels du secteur de la communication digitale, nous remplissions un peu trop bien le rôle du cordonnier mal chaussé. Il était temps d’y remédier.

Nous avons beaucoup expérimenté et appris sur l’entrepreneuriat social pendant ces 5 premières années, et avec la reprise en main de notre communication externe, nous pouvons partager et nous exprimer à propos de :

  • Toutes ces valeurs qui nous animent.
  • Ce mode de travail peu commun dans le secteur digital, mais tellement enrichissant.
  • Nos projets internes et de tous les supers projets de nos clients.

Développer notre communication nous permet aussi des connexions avec d’autres coopératives ou organisations aux fonctionnements similaires. Partager des expériences, échanger et apprendre des autres. Et pourquoi pas, développer des partenariats…

Où en sommes-nous aujourd’hui ?

Même si le projet a démarré en septembre, avec beaucoup de choses mises en place en interne, c’est seulement aujourd’hui que nous pouvons en partager les premiers effets visibles: nouveau site, nouveau blog, nouvelles publications et réseaux sociaux, nouvelles travailleuses engagées pour faire rayonner nos idées à travers cette communication…

* Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale — met de steun van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest

a