Aller au contenu

15 mars 2022 

Coopérer, une solution contre l’isolement de l’indépendant ?

Il y a quelques mois, nous avons organisé des rencontres entre coopérateurs et clients pour discuter de divers sujets liés au secteur de l’économie sociale et solidaire, la gouvernance partagée,… Cette fois-ci nous avons décidé de porter notre attention sur la coopération. L’objectif derrière la création de ce podcast est de communiquer sur le fonctionnement atypique de Cobea en tant qu’agence au travers d’expériences que nous avons vécues avec les clients. Par la même occasion, nous souhaitons mettre en valeur des projets avec lesquels nous avons collaboré et que nous apprécions tout particulièrement.

Cobea - cooperer contre isolation3

Cobea est une coopérative qui rassemble plusieurs indépendants qui ont comme particularité de fonctionner en gouvernance partagée. La raison d’être de notre collectif, c’est de “Rassembler des ressources humaines et digitales pour co-créer et faire briller des projets qui ont du sens”.

Pour aborder la question de la coopération comme solution contre l’isolement de l’indépendant, nous avons demandé à Valérie, notre graphiste et web designeuse, qui est l’une des première à avoir rejoint la coop, et Charlotte Lemercier coordinatrice et chargée de communication de Déclic en PerspectivES, de venir partager leurs expériences.

Une des première question que nous avons posé à Charlotte était : “Pourquoi avez-vous fait appel à une coopérative plutôt qu’à un.e indépendant.e pour la création de votre site web ?”

Charlotte : Un truc qui m’avait assez impressionné quand j’ai commencé à bosser sur le site, c’est la pluralité des profils nécessaires dans la confection d’un site Internet. Le premier site que j’ai co-créé avec Cobea, c’était un site conséquent et il y avait plein de demandes qui partaient dans tous les sens. Et là, je me suis rendu compte de la plus-value que c’était de travailler avec une équipe.

On avait une personne de contact pour chacun des pôles, il y a quelqu’un qui a fait le design, quelqu’un qui a fait toutes les fiches techniques, quelqu’un qui a fait le back-end et tout le côté qu’on ne voit pas sur un site, mais qui existe. C’était chouette de se dire que l’équipe était là et c’est toujours chouette d’avoir des contacts avec différentes personnes en fonction des besoins et des questions qu’on pouvait se poser. D’ailleurs, vous ne prenez jamais de vacances ? Je viens de me rendre compte que vous étiez toujours disponibles.

Val en rigolant : Si bien sûr, on coordonne nos vacances afin qu’il y ait toujours quelqu’un pour répondre aux demandes.

Nous avons également longuement abordé la question des avantages et des inconvénients des différents statuts. Valérie est une indépendante qui travaille en coopérative ce qui est peu commun dans le secteur de la communication. Charlotte a pu expérimenter plusieurs statuts.

Valérie : Dans le cadre de la création de site web, il faut énormément de compétences diverses et variés. Qu’une personne ait toutes ces compétences ça existe certainement mais c’est rare. C’est une vraie richesse de pouvoir confronter les modes de pensée, les angles d’attaques d’un développeur et un designeur par exemple. (…) Le fait de ne pas être isolée et de pouvoir travailler en équipe sur un site c’est super important à mes yeux. Je trouve que ça apporte énormément. Quand on travaille ensemble, on monte en compétence car les autres nous challengent. On ose expérimenter, se mettre en danger car on sait qu’on peut compter sur d’autres personnes.

Charlotte : L’avantage chez vous c’est que vous êtes tous indépendants ce qui fait qu’il n’y a pas cette pression financière qui vous amènerait peut-être à vous trouver dans une structure plus verticale. Ici vous pouvez tester plus de choses et garder votre individualité. c’est que du plus. C’est le 1 + 1 =3

Val : Après, ça facilite certaines choses et ça rend plus difficile d’autres choses, mais je pense un peu comme tout. Travailler ensemble, ça veut dire tenir compte des autres, confronter des points de vue, se remettre en question. Ça ralenti parfois le processus. L’enrichissement qu’on en retire compense cette lenteur.

Charlotte : On ne peut pas mentir aux gens et dire que le collectif, c’est toujours le monde des Bisounours. Mais, au final, on est quand même content. La réponse finale du collectif est toujours plus forte qu’une personne seule. Parce qu’il y a plusieurs personnes on obtient un produit bien plus intéressant.

À la fin de notre podcast, nous proposons toujours différentes citations et demandons d’y réagir. Pour celui-ci nous avons repris un des slogans de la campagne économie sociale de 2021 : “Fu** la concurrence place à la coopération”.

Valérie : Il y aura toujours de la concurrence, mais cette dernière peut-être loyale et positive. Ce qui est intéressant, quand on est une coopérative, c’est qu’on peut intégrer des concurrents dans la coopérative. Sur un projet spécifique, on peut intégrer des compétences d’une autre boîte ou d’un indépendant dans la coopérative pour ce projet. C’est ça qui est aussi super chouette dans ce type de structure. C’est ouvert. Tout le monde peut participer, donc il n’y a pas vraiment de concurrence.

Vous souhaitez en savoir plus sur ce fonctionnement ? Retrouvez l’entretien entre Charlotte et Valérie ci-dessus, en podcast!

Cobea - cooperer contre isolation2
Charlotte Lemercier
Coordinatrice et chargée de communication de Déclic en PerspectivES, qui se donne pour mission de stimuler la capacité d'agir et se positionne comme un propulseur de projets collectifs, engagés et inscrits dans les principes de l'économie sociale.
présentation
Valérie Enderlé
Graphiste et webdesigneuse chez Cobea. Valérie a rejoint la coopérative en 2017 lors du lancement du projet. Elle est également graphiste indépendante.
présentation

Laissez un commentaire





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.